Le TGB…

…ou le Très Grand Bac !

Un très grand bac maçonné
Le TGB en plein été : tomates, aubergines, salades, diascias, mufliers et chèvrefeuille

Il y a quelques années, devant un mur exposé plein sud, nous avons maçonné un très grand bac en briques. Sa situation relativement abritée, comparée au reste du jardin fouetté par les vents, permet d’y faire pousser fleurs, légumes et plantes aromatiques presque toute l’année et cela quasiment sans se baisser ! Lire la suite

Jardiner avec la lune

Jardiner avec la lune
Le calendrier lunaire : pratique ou tyrannique?

Quand on commence à jardiner, on découvre tout un nouveau monde. Les plantes ont des noms en latin, les graines des facultés germinatives, les outils ont des formes bizarres et des utilisations mystérieuses, quant aux pratiques à apprendre, les livres en débordent. Intrépide, on se lance tout de même et se fait sa propre éducation au contact de la matière et d’autres jardiniers.
Ces derniers nous demanderont tôt ou tard si on jardine avec la lune, et on sera peut-être tenté de répondre : bah non, je jardine quand il fait soleil ! Lire la suite

Ménage de printemps

Place nette pour pousses fraîches !

Nouvelles pousses de Sedum et Allium

En bons jardiniers bio, nous nous sommes tous abstenus de nettoyer nos plates-bandes à l’automne en gardant les squelettes et débris des plantes fanées.
Les feuilles et tiges mortes des vivaces laissées en place ne témoignent pas de fainéantise ou de négligence, mais du souci pour l’écosystème. Elles fournissent de la nourriture aux oiseaux, des abris pour toute sorte de petites bêtes et de l’isolation contre le froid pour les plantes.
Mais avec la sortie des nouvelles pousses, il est temps d’agir et de couper les tiges, d’enlever les feuilles, bref, de faire « prop-net » comme disent les gens d’ici en roulant le « r ». Lire la suite

Laissez faire les vers !

La culture sans labour ou le non retournement

Pourquoi retourner la terre ?

Retourner la terre lourde, collante et argileuse du Perche est un vrai challenge, et pas seulement pour une femme de petit gabarit. On peut certes y voir un exercice de plein air, mais les méfaits pour le dos du bêcheur sont indéniables.

BêcheIl y a pourtant de bonnes raisons pour le bêchage d’un sol lourd, la principale étant que le gel de l’hiver casse les mottes et rend la terre friable et moelleuse à souhait. Quel bonheur alors de tirer son râteau sans résistance à travers cette matière molle. Mais sur sol argileux le bonheur est de courte durée, car dès que la terre sèche une croûte dure se forme et rend les opérations plus difficiles. Lire la suite