Détournement de pots

Quelques plantations bien mesurées

LTAJ-PlantesEnPots

C’était le Rendez-vous aux jardins le weekend dernier et l’occasion pour mes amies et moi de découvrir cette manifestation au Château du Lude, dans la Sarthe. Sous un ciel bleu éclatant et après un pique-nique dans la roseraie, un tour par les cuisines, le parc et le potager, la pelouse des exposants s’offrait à nous. Une cinquantaine de stands nous attendaient avec des plantes vivaces et des annuelles, des arbustes et des rosiers, tous en fleurs et de toutes les couleurs… Bref, le bonheur en pots !

La saison étant déjà bien avancée, on peut se demander si c’est une bonne idée d’acheter des vivaces ou des rosiers encore maintenant. Mais c’est un avantage indéniable de pouvoir voir la couleur des fleurs, notamment pour les rosiers. Aucun risque donc de se trouver avec une couleur qu’on n’aime pas et qui n’a rien à voir avec la photo du catalogue.
Pour assurer la reprise, les plantes sont proposées dans des contenants de bonne taille, pas de petits godets qui se dessécheraient trop vite en cas d’oubli d’arrosage. Car ces plantations tardives dépendront encore plus du régime d’amour et d’eau fraîche que celles du printemps !

Avant d’installer mes acquisitions à la bonne place au jardin, je n’ai pas résisté à la tentation de les mettre en scène dans divers pots en métal.

LTAJ-SalviaPlumosa
Salvia nemorosa ‘Plumosa’, Hordeum jubatum et feuillage de Dahlia

Dans une mesure de trois litres, j’ai planté une sauge, Salvia nemorosa ‘Plumosa’. La multitude de petites fleurs très denses et son coloris pourpre mât s’accordent parfaitement avec les épis de la graminée Hordeum jubatum. J’avais semé cette dernière un peu tard en 2014, ce qui l’avait empêché de fleurir. Sachant que c’est une annuelle, je pensai l’avoir perdue. Mais en désherbant ce printemps, je tirai sur des touffes qui poussaient dans du terreau, le signe que ce n’était pas une banale mauvaise herbe. La floraison est magnifique avec un reflet rose sur « la barbe » des épis qui ondoient au moindre souffle de vent.
Dans les jardins chauds et secs, cette graminée est connue pour se ressemer un peu trop, ce qui ne devrait pas être le cas sur la terre percheronne. Par contre, reconnaître les semis spontanés et ne pas les sarcler avec le reste, c’est une autre paire de manches !
La sauge aura besoin d’un emplacement chaud et ensoleillé et pourrait tout aussi bien rester en pot. La pépiniériste m’a assurée qu’après disparition complète pendant l’hiver, elle repoussera encore plus belle l’année prochaine !

Dahlia et Stipa
Dahlia et Stipa

Le « double litre » accueille un Dahlia ‘Twynings After Eight’, provenant de la pépinière Ellebore et sur le point de fleurir. Le feuillage presque noir mettra en valeur les fleurs blanches à venir. Je l’ai élevé en pot pour le garder des attaques des limaces, mais il est bien assez grand désormais pour rejoindre la plate-bande.
C’est dans notre ancienne arrivée d’eau que j’ai planté une Stipa tenuifolia, ou cheveux d’ange. Le réservoir de terre est petit et ne peut suffire qu’à une plante résistante à la sécheresse. Les Stipas se ressèment abondamment et elles sont vivaces.

LTAJ-PenstemonEnPotL’une de mes familles préférées de vivaces est celle des Penstemons. Le fait qu’elles ne poussent pas facilement chez moi les rend probablement encore plus désirables. Impossible donc de résister à ce Penstemon ‘Phare rouge’ en pleine explosion de fleurs. Le bien nommé se voit en effet de loin au jardin ou dans une composition en pot. Ici, c’est un seau avec anse et bec verseur mais sans fond (n’y a-t-il que moi pour acheter un seau plus que percé au vide-greniers ?) Il suffit d’y placer un pot en plastique qui ne se voit pas. Les galanes, de leur nom commun, aiment le plein soleil, supportent la sécheresse et ont besoin d’une terre drainante. C’est là où ça coince chez moi. Je vais donc amender ma terre de sable et de terreau et planter un peu en hauteur, suivant le conseil du pépiniériste. Avec tout ça, j’espère que mon ‘Phare rouge’ sera d’une « rusticité à toute épreuve » comme le vantent les catalogues !

LTAJ-PenstemonPhareRouge

Tous mes réceptacles étaient « naturellement » percés ! Si ce n’est pas le cas, il suffit d’une mèche pour métal ou d’un ouvre-boîte pour faire des petits trous et assurer le drainage.LTAJ-PotEnMetal

 

2 réflexions sur “Détournement de pots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s