Le TGB…

…ou le Très Grand Bac !

Un très grand bac maçonné
Le TGB en plein été : tomates, aubergines, salades, diascias, mufliers et chèvrefeuille

Il y a quelques années, devant un mur exposé plein sud, nous avons maçonné un très grand bac en briques. Sa situation relativement abritée, comparée au reste du jardin fouetté par les vents, permet d’y faire pousser fleurs, légumes et plantes aromatiques presque toute l’année et cela quasiment sans se baisser !

Mon « TGB » mesure environ 4 mètres de long pour 60 cm de profondeur et 40 cm de hauteur. Comme il repose sur une dalle en béton, nous avons laissé plusieurs petits trous en bas de la maçonnerie pour l’écoulement de l’eau d’arrosage et de pluie. Une couche de gravier améliore encore le drainage. Ensuite il a été rempli de débris de jardin broyés, de terre végétale et de compost « maison ». Comme toutes ces matières continuent à se décomposer tranquillement, le niveau du substrat baisse régulièrement et je dois apporter du terreau ou du compost tous les ans.

Vouloir rajouter quelques deux mètres carrés de terre cultivable quand on a un potager de 400 mètres carrés peut paraître curieux, mais l’utilisation n’est vraiment pas la même.
Dès la fin du mois de janvier, on peut installer une « couche chaude », sorte de chauffage au sol, pour faire pousser les premiers radis et salades. Pour cela, j’ai construit un petit châssis avec une vieille fenêtre qui recouvre environ un tiers de mon bac.LTAJ-chassis A l’emplacement du châssis, il faut dégager la terre sur une vingtaine de centimètres et la remplacer par une bonne couche de fumier de cheval frais. On remet la terre retirée, arrose le tout et met en place le châssis. Le fumier de cheval, en se décomposant, va dégager de la chaleur, et le niveau de la terre va s’abaisser. Au bout d’une quinzaine de jours, les choses se stabilisent et on peut tenter de semer quelques salades, radis et carottes précoces qui profiteront pendant quatre à six semaines de ce chauffage naturel.
Cette année, j’ai « sauté » la couche chaude. J’ai semé les radis et la coriandre fin février et puis j’ai installé directement quelques plants de salade. LTAJ-RadisSousChassis
Désormais, on se régale avec les radis, et les salades poussent à vue d’œil. J’ai planté ces dernières très serrées sachant qu’on en mangera quelques-unes avant la pleine maturité, ce qui laissera ainsi de la place aux autres pour grossir. Par beau temps, il faut aérer tout ce petit monde et surveiller l’arrosage quotidiennement.
Je me sers également de la chaleur du mur pour acclimater mes boutures et semis de vivaces avant de les planter au jardin et pour hâter la pousse de la menthe marocaine qui n’aime pas mon sol froid au jardin.

Au mois de mai, j’enlève le châssis et je plante sept ou huit pieds de tomates contre le mur. Le petit rebord de la toiture les protège quelque peu de la pluie et ces plantes de tomates sont généralement moins malades que celles du potager. Pour « faire joli » et pour tapisser la terre contre le dessèchement, j’aime planter des diascias, très florifères et faciles d’entretien (elles tolèrent un certain manque d’eau, ce qui arrive malgré tout, même dans un grand bac).

L’année dernière, annus horribilis gastéropodis, j’ai perdu une cinquantaine de salades à cause des attaques de limaces dans mon potager avant de rapatrier autant de plants que possible au « TGB ». Je suis alors passé au mode de récolte « feuille par feuille » : on prélève les feuilles une par une sur plusieurs salades au lieu de leur couper toute la tête. De cette manière, nous avons eu assez de salade pendant tout l’été!

Salade en bac

A l’automne, s’il nous reste un peu d’enthousiasme jardinier, on peut réinstaller le châssis et y semer des bisannuelles et des pois de senteur qui seront précoces l’année suivante. Ce sera alors un châssis froid, comme on peut le lire sur les paquets de graines desdites bisannuelles. Il n’a pas besoin d’être complètement hors gel, mais pendant les grands froids il faudra quand-même le couvrir d’une matière isolante comme de la paille, des branches de sapin ou d’une couverture en laine !Très grand bac à fleur en brique

 

Une réflexion sur “Le TGB…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s